Évite de te dénaturer

vecteezy_white-mask-with-glove-on-gray-grunge-background_10104830_393

Évite de te dénaturer

Comment te définis-tu? Es-tu calme ou énervé? Actif ou passif? Introverti ou extraverti? Vif ou lunatique?

Je pourrais continuer longtemps à te lister une multitude de termes pour t’aider à mieux te définir. Parce que vois-tu, il existe de nombreuses façons de « classer » les gens. Et pourquoi ça? Tout simplement parce que chaque personne est unique et ne peut être réduite à une seule catégorie. C’est pour cette raison qu’il est important de se connaître soi-même.

Et se connaître soi-même, ça permet justement de ne pas se dénaturer.

Que veut dire « ne pas se dénaturer? »

Ça veut principalement dire de ne pas aller à l’encontre de qui tu es vraiment. Je m’explique.

Disons que je me prends en exemple.

Si tu me connais et que tu m’as déjà côtoyée dans ma vie personnelle, tu sais que je peux parler vite, agir vite et bouger vite. 😊 Tu sais aussi que je suis assez expressive et impulsive. Et que « rien faire » ne fait pas partie de ma liste to do.

Donc, selon toi, penses-tu vraiment que méditer fonctionne pour moi? Non! Si j’ai besoin de décompresser, de me changer les idées parce que je n’arrive pas à trouver une solution ou un sujet pour mon blogue, 😁 que penses-tu que je fais? Je bouge! Parce que je sais qu’aller marcher, sortir prendre l’air, changer d’environnement, faire du ménage même, m’aide à y voir plus clair. C’est comme ça, moi, que je décompresse et que je chasse mon stress.

Si tu me conseilles de méditer, de m’arrêter un moment et de contempler le vide, je te garantis que toute une famille de hamsters va surgir dans mon esprit! Ils me mettront au défi d’abandonner et très possiblement gagner en moins de cinq minutes. Bref, ça ne fonctionne pas pour moi. Je médite plutôt le soir dans mon lit pour m’endormir. Mais ça, c’est quand TRÈS rarement je n’arrive pas à fermer les yeux. Et je t’assure que c’est rare étant donné les journées actives que je passe!

Aussi, ne me conseille pas de travailler sur une chose à la fois. Et ici, je ne parle pas du concept de multitâche. Car contrairement à ce que l’on pense, le multitâche n’est pas productif, bien au contraire! Non, je parle plutôt d’engagement, de travail, de projets. Je travaille généralement sur plusieurs projets, un à la fois, mais plusieurs dans une même période. Si je stagne sur un, je passe à l’autre. Si un projet m’ennuie, je passe à l’autre. Je travaille par bloc, par thème. Un à la fois, mais sur différents d’entre eux dans une même journée. J’ai besoin de cette succession de tâches, de cette non-routine pour être performante. Alors, ne m’enfermez pas dans une seule boîte!

Voilà ce que c’est que de ne pas se dénaturer. Ne pas aller à l’encontre de qu’on est réellement. Et c’est en se connaissant bien qu’on y arrive.

Sauf exception, évite d’aller à l’encontre de qui tu es

La seule exception dans ma vie où je me concentre sur une seule chose, c’est le karaté. Le karaté est une des rares activités que je pratique sans penser à autre chose. De toute façon, j’ai souvent besoin de toute mon attention pour comprendre et exécuter les mouvements. Il m’arrive souvent de me mélanger dans mes bras et j’en ai juste deux. 😊 Imagine!

La discipline, la persévérance, la concentration, la pratique et donc la répétition dont j’ai besoin dans le karaté me servent dans la vie de tous les jours. Même si quelquefois je peux sembler éparpillée ou pas du tout en contrôle, mais ce n’est pas le cas. J’ai juste trouvé ma façon à moi de fonctionner.

Qui es-tu vraiment?

Je reviens donc à ma question de départ. Qui es-tu vraiment? Comment te définis-tu? Quel est TON mode de fonctionnement efficace?

Et là, attention! Ne pas te dénaturer ne veut pas dire qu’il est impossible de t’améliorer. Au contraire. Quand on se connaît vraiment, on reconnaît nos forces et nos faiblesses. C’est ainsi plus facile de travailler ses forces pour les améliorer, les propulser et de rester vigilant vis-à-vis ses faiblesses.

As-tu bien lu la dernière phrase? As-tu remarqué que je n’ai pas dit : travailler sur ses faiblesses. Non. Les connaître, oui. Savoir les déjouer, oui. Les utiliser à la limite, oui. Travailler dessus, non. Je m’explique. Je me prends encore en exemple.

Connaître et déjouer tes faiblesses

Pour ma part, j’ai tendance à m’emballer rapidement lorsqu’une proposition m’anime ou lorsqu’on me demande de m’impliquer dans un projet. Je suis très créative et ça peut aller très vite dans ma tête quand vient le temps de trouver des solutions, des projets, des idées. Je sais que je peux dire oui à tout. Et que je peux aussi regretter par la suite, car je dois livrer! Cependant, je ne veux en aucun cas me débarrasser de cette impulsivité qui m’habite, de cette passion, de ce feu dont j’ai besoin pour créer. Et ce, même si dans le passé ça m’a fait prendre des décisions qui m’ont mise dans le trouble et dont les engagements m’ont compliqué la vie. Alors, quoi faire? Dire non à tout? Éviter d’écouter les bonnes idées? Me taper sur la tête quand je sens cette passion monter?

Mais non. Voici mon truc.

J’ai appris à prendre du recul. Plutôt que d’accepter sur-le-champ, j’en parle avec une personne neutre et plus terre à terre que moi. Cette personne me questionne sur les angles morts, ceux que je ne vois pas parce que je suis trop aveuglée par l’excitation du moment. Et le plus important, c’est que cette personne n’est pas émotionnellement impliquée comme moi je le suis. C’est souvent ça, le rôle du coach. Avec elle, j’extériorise mon enthousiasme, ce qui m’aide à faire redescendre l’émotion et à prendre conscience de l’ampleur du projet. Mais pas à éteindre le projet. Non! À le voir différemment, dans son ensemble, et à réaliser ce que ça implique pour bien juger de sa viabilité. Pour moi, c’est salutaire!

Bien sûr, il y a certains autres aspects de ma vie que j’ai travaillés parce qu’ils ne m’étaient pas utiles. Mais celui-là, j’y tenais. Je devais juste apprendre à l’apprivoiser et à rester aux aguets quand il survient.

Ta vraie nature

Ce que je veux que tu retiennes de cet article, c’est qu’il est facile de donner et d’écouter des conseils à propos de comment faire ceci et cela. C’est correct aussi d’essayer des choses. Après tout, tu dois apprendre sur toi et savoir ce qui te convient ou non.

J’ai essayé la méditation, j’ai préféré la boxe. 😊 Le plus important, c’est de ne pas faire les choses contre nature. Ou le moins possible. Le plus important, c’est de trouver ta vraie nature et la respecter.

Pour terminer, être soi-même ça implique de se respecter soi-même. Et avant même de demander aux autres de te respecter, demande-toi à quel point TOI tu te respect.

Comment se respecter soi-même?

Pour te respecter toi-même, tu dois notamment oui, te connaître, et aussi fixer tes limites et reconnaître ta propre valeur. Voici quelques pistes pour y parvenir.

  1. Définis tes valeurs
    Prends le temps de réfléchir à ce qui est important pour toi, à ce qui est « non négociable » et en quoi tu crois. Attention cependant de ne pas t’embrouiller dans des croyances limitantes. Tes valeurs doivent t’aider à t’élever, à prendre de bonnes décisions et à rester intègre en toute circonstance. Identifier tes valeurs te permet de vivre en accord avec celles-ci, et donc, avec toi-même.

En passant, je connais une technique pour découvrir tes valeurs. N’hésite surtout pas à m’interpeller sur le sujet. 💡

  1. Fixe tes limites
    Il est important de savoir ce que tu es prêt à accepter versus ce qui est en dehors de tes limites. Tes limites doivent être claires. Comment veux-tu que les autres n’empiètent pas dans ta bulle si tu ne connais même pas la couleur, la grosseur et la forme de ta bulle? 😊 Évidemment, tu me vois venir, mais la connaissance de tes valeurs t’aidera fortement à définir tes limites puisqu’elles sont intimement liées. Lorsqu’une personne ou une situation n’est pas en accord avec tes valeurs, il y a de fortes chances que ça dépasse tes limites. Penses-y. Alors, fixe des limites claires pour toi-même et sois prêt à les faire respecter.
  2. Prends soin de toi
    Prendre soin de ton corps et de ton esprit est essentiel. Et c’est là que la magie de rester soi-même opère. Comment arrives-tu à relaxer, déconnecter, chasser ton stress, bien dormir, etc.? Quelles activités pratiques-tu pour te faire plaisir? Reviens à mon histoire et demande-toi ce qui fonctionne pour TOI. Expérimente. Teste. Tu trouveras si tu prends le temps de t’écouter. Et tu trouveras si tu restes aligné avec tes valeurs, et si tu n’avances pas à contre-courant quand tu essayes quelque chose.
  3. Évite de t’autocritiquer
    On a tendance voir seulement qu’on a manqué, ce qu’on n’a pas fait, ou qu’on a raté. Commence ta journée en souriant et adopte dès ton réveil une attitude positive. Ensuite, termine ta journée en concentrant ton attention sur ce qui a bien été, sur ce que tu as réussi et sur toutes les choses dont tu es fier. Dès que l’autocritique embarque, demande-toi d’où ça vient et quel en est le but. Rapidement, laisse aller la remarque négative et reviens à ce qui a été positif dans ta journée. Je t’avertis, ça prend de la pratique, car on retombe vite dans nos vieilles habitudes! Persévère, ça en vaut vraiment la peine.
  4. Respecte les autres
    Tu me vois venir? Respecte les autres comme tu aimerais être respecté. N’essaye pas de changer les autres. Ils sont comme ils sont. Qu’ils acceptent ou pas de changer ou de s’améliorer, c’est leur choix, c’est leur vie. Ou bien tu acceptes l’autre comme il est ou bien tu t’en éloignes. Il n’y a pas d’autres solutions. Et c’est ce que j’applique dans mon coaching. Un prof nous répétait souvent : « tu ne peux pas faire les push-ups à la place de ton coaché ». Et je me répète cette phrase souvent dans plusieurs situations. Je suis là, je peux t’accompagner, quand tu seras prêt.

 

Un conseil avisé : ne sois pas la copie de quelqu’un d’autre. Tu es unique. Découvre ta vraie nature et assume-la. Ça, c’est puissant.

 

Sois toi-même. Tous les autres sont déjà pris.
                       – Oscar Wild

 

Post a Comment