Apprendre. Apprendre en toute circonstance

vecteezy_a-close-up-of-a-student-studying_1269525

Apprendre. Apprendre en toute circonstance

Savais-tu que tu peux apprendre en toute circonstance? Oh que oui! Peu importe que tu gagnes ou que tu perdes. Que tu réussisses ou pas. Que tu sois en voie d’atteindre ton objectif ou pas. La question à te poser est la suivante : qu’est-ce que tu en retires? Quel apprentissage (ou quels apprentissages) fais-tu, ou as-tu faits?

Apprends-tu de tes erreurs?

L’erreur n’est pas un échec, sauf si tu décides de ne pas utiliser cette opportunité pour apprendre et ainsi mieux faire dans le futur.

Pense à tout ce qui a été inventé par erreur. Demande-toi combien de fois une personne s’est trompée avant de réussir. Et surtout, dis-toi que derrière toute réussite il y a de la persévérance. La personne a persévéré. Elle n’a certainement pas abandonné après le premier échec.

Nelson Mandela l’a si bien dit :

Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends.

Qu’apprends-tu de tes expériences?

La semaine dernière, j’étais aux Jeux du Québec pour accompagner ma fille qui performait au Badminton. Les Jeux du Québec… quand même, c’est quelque chose! C’était à un tout autre niveau que ce qu’elle a connu jusqu’à maintenant. Et c’était aussi et surtout une super expérience.

Oui j’avoue, je suis fière de ma fille. J’ai de quoi! Elle représentait la région dans cette discipline avec deux autres filles et trois garçons. Oui, je suis fière d’elle. Elle a dû se démarquer parmi plusieurs autres jeunes pour gagner sa place en vue de participer à cet événement. Qui plus est, elle ne fait pas partie du programme de Sport-études, mais fait plutôt une formation musicale intensive. J’en suis d’autant plus fière.

À la fin de sa semaine, je lui ai demandé en premier lieu :

« Que retires-tu de cette expérience? Qu’as-tu principalement appris? »

Se mesurer à plus grand que soi…

De mon point de vue de mère, j’ai vu une fille se dépasser en jouant avec d’autres jeunes qu’elle connaissait à peine. J’ai vu se développer un esprit d’équipe. Des amitiés. Des relations plus difficiles que d’autres. Des parties plus difficiles que d’autres. De la résilience face à la défaite. Et de la fierté face au dépassement de soi.

On est toujours meilleur que quelqu’un d’autre et moins bon que d’autres. Partout. Tout le temps. Et c’est super, parce qu’on peut ainsi toujours s’améliorer. L’inverse serait vraiment plate. Donc, à mon sens, l’important n’est pas de se comparer, mais d’apprendre. D’en retirer quelque chose.

D’ailleurs, c’est un peu ça la vie. Trouves-tu? On n’arrivera jamais au bout de nos connaissances. On n’aura jamais tout réglé. Tout comme on n’arrêtera pas de vieillir. Alors, sachant tout ça, on fait quoi? On abandonne? On arrête là? Ou bien, on fait en sorte qu’aujourd’hui soit meilleur qu’hier, toujours, et en se disant que demain reste incertain. Et quand demain devient maintenant, on fonce dedans sans lendemain. Qu’en penses-tu? Moi ça me parle.

Et surtout se dire : crime que j’ai bien fait! Je me suis dépassé, j’ai avancé. J’ai fait de mon mieux et je ferai encore mieux la prochaine fois. Plutôt que : j’aurais donc dû. Ou pourquoi ai-je répété la même erreur?

Les peurs et les excuses

As-tu déjà abandonné un rêve par peur de te tromper? Ou laissé tomber après le premier échec? Quelle excuse te donnes-tu quand tu dois expliquer que tu n’as pas atteint un objectif? Ou quand tu décides de ne pas aller de l’avant, et ce, peu importe la situation?

As-tu déjà pris le temps de t’écouter dans ces moments-là? Et d’écouter ton dialogue intérieur? Essaie ça. Écoute ton propre discours. Vois comment il influence la suite.

À partir de maintenant, je t’invite à bien réfléchir avant de répondre et surtout à bien écouter ta réponse.

Et si tu te trompes la première fois, il te reste encore des dizaines voire des centaines de fois à essayer, à apprendre, à réessayer, à t’améliorer et à réussir. Recommencer, ce n’est jamais perdu. Surtout si tu prends le temps de mettre en lumière tes apprentissages. Et même de les célébrer. Pourquoi pas?

Le meilleur moyen de réussir, c’est toujours d’essayer encore une fois.

~ Thomas Edison

Quel est le pire qui peut arriver?

Je sais, je t’ai déjà posé cette question-là. Mais je trouve qu’elle s’applique à tellement de circonstances! Une professeure d’université nous disait souvent : quand il t’arrive quelque chose, demande-toi si c’est grave ou si c’est plate. Penses-y.

Mettons que tu te trompes en essayant quelque chose. C’est grave ou, au fond, c’est plate? OK, si tu décides d’essayer d’opérer quelqu’un et que tu n’es pas médecin, alors oui, là c’est grave. 😊 Autrement, généralement il n’y a pas mort d’homme. Donc, oui c’est plate. Et puis après? Changer la perspective des événements, ça change aussi la manière de les vivre. Et donc, ça nous permet de nous dire : pourquoi ne pas réessayer?! Différemment cette fois-ci.

C’est plate? Qu’en retires-tu?

Alors, si c’est juste plate ce qui t’arrive, commence par te demander ce que tu en retires. Après, sachant ce que tu sais, comment peux-tu faire mieux la prochaine fois? Parce que oui, c’est facile de dire si j’avais su. Si l’on savait ce qu’on ne sait pas, on serait riche, en santé, ailleurs, meilleur, etc. Mais maintenant que tu sais parce que tu as appris, maintenant que tu sais parce que tu as retenu la leçon, maintenant que tu sais parce que tu as déjà essayé… Que vas-tu faire? Et que vas-tu faire différemment?

Je te confie quelque chose. Ma fille me trouve souvent bizarre avec mes questions. Mais je continue. Parce que je me dis que ça peut juste mûrir à l’intérieur d’elle et lui servir un moment donné. Quand on persiste à semer des graines positives, ça peut juste finir par donner de belles fleurs. Ça ne peut pas faire autrement. On sème. On arrose. On cherche le rayon de soleil. Et on recommence. Tous les jours. Et ce, partout et dans toutes les sphères de notre vie. Impossible que ça puisse nuire. Et ça, j’en suis convaincue!

Sème, arrose. Recommence. 😉

vecteezy_a-close-up-of-a-purple-daisy-flower_1433097

Post a Comment